#LACHPA l’espoir

Partager :

Connectez-vous pour voter

Pas encore inscrit ? Créér un compte.

Fournir un logement durable à 6 personnes avec un handicap mental, en recréant un cadre familial (maisonnée), ainsi qu’une activité quasi professionnelle grâce au jardin maraîcher en permaculture, activité qui favorisera le lien social et leur intégration dans leur environnement

https://www.accueillirlafragilite.org

Connectez-vous pour voter
1300

4. Lien social, place des habitants et des aidants

Bondues

  • Stade du projet : du développement (actions déjà menées, partenariats en cours...)
  • Public : Personnes handicapées
  • Localisation : zone urbaine

Origines et histoire du projet

Mon fils Aymeric est né en 1999 avec une micro-délétion sur le chromosome 22, qui se traduit par un retard intellectuel et des traits autistiques. C’est un beau garçon, très attachant mais peu autonome, qui bouleverse les personnes qu’ils rencontrent.
Au fil des années, Aymeric a tissé un réseau amical et relationnel très large : professionnels, sport, présence dans le village, nombreuses aides et soutiens reçus de l’extérieur…

Aujourd’hui âgé de 18 ans, entouré, soutenu, porté par un important réseau d’amis, Aymeric n’a pas de place en institution pour sa vie d’adulte. De ce réseau est née l’idée d’un projet ambitieux : offrir à de jeunes adultes déficients intellectuels la possibilité de vivre ensemble dans une maison adaptée à leur handicap.

Problématique

  • Un manque de place en établissements : 13 300 places manquantes en établissements social ou médico-social dont 9 800 pour les adultes. « Bien évidemment, il n’y a pas suffisamment de places en établissements, c’est une vérité qu’on aimerait ne pas avoir à dire… » (G. Mannarino, vice-présidente chargée de l’Autonomie au conseil départemental du Nord – Voix du Nord du 08/12/2016). De ce fait, un flux important « d’exil » vers la Belgique.
  • Un manque d’intégration sociale et de participation à la vie de la cité
  • Un souhait de certaines personnes en situation de handicap de vivre en milieu ordinaire, dans un logement autonome et dans un cadre de vie collectif et sécurisant.

Deux enjeux :

  • Fournir un logement durable aux personnes avec un handicap mental en recréant un cadre familial avec une maisonnée de 6 personnes avec handicap (logements individuels et espaces partagés) accompagnés par 4 salariés résidents sur place.
  • Fournir une activité quasi professionnelle grâce au jardin maraîcher en permaculture au sein de laquelle les résidents travailleront à mi-temps, en complément d’autres activités de l’ordre de l’apprentissage ou du loisir (accompagnement par des bénévoles)

Solutions proposées

Cet habitat partagé reposera sur une organisation qui fait du lieu d’habitation de la personne en situation de handicap « son logement personnel ». Elle versera une redevance et bénéficiera d’une mutualisation des espaces de vie commune.
Cet habitat partagé apportera à la personne accueillie une réponse à ses besoins d’aide, d’accompagnement et de surveillance pour développer son autonomie en toute sécurité́.
Cet habitat partagé permettra une insertion active dans le voisinage, la vie de quartier, l’environnement de proximité́ notamment à travers l’activité́ solidaire développée autour de la permaculture.
Il s’agit d’un projet de « vie partagée » au-delà des seules personnes en situation de handicap.
Ce projet s’inscrit dans une « dynamique de parcours de vie », en complémentarité des établissements et services médico-sociaux dans une logique de partenariat et de réseau. Il s’agira d’élaborer d’un projet individualisé de prise en charge et d’accompagnement tenant compte du projet de vie, des capacités d’autonomie et de vie sociale ainsi que des préconisations de la MDPH.

Les petits plus du projet

La spécificité de notre projet et sa plus-value réside dans l’activité de maraîchage. Portée par un professionnel du métier, cette activité répond à une volonté de proposer une activité quotidienne aux résidents tout en répondant aux défis environnementaux.
L’idée est d’établir, grâce à cette activité, des échanges avec le monde extérieur : les habitants du Nord, les entreprises,… Ces rencontres donneront une existence et une visibilité supplémentaire aux résidents et à la fragilité qu’ils représentent. Le regard de la société changera ainsi petit à petit.

Selon les retours que nous avons des partenaires avec qui nous travaillons (consultants, AMFD, DDTM, DEPARTEMENT), notre projet est très innovant et duplicable et c’est pourquoi nous avons eu les premières autorisations.

Galerie Photos

Connectez-vous pour voter

Pas encore inscrit ? Créér un compte.