#LACHPA le vivre ensemble

Partager :

Connectez-vous pour voter

Pas encore inscrit ? Créér un compte.

Notre projet repose sur un lieu de socialisation unique, ouvert à différentes solutions d’Habitat Accompagné, qui s’appuie sur un management du potentiel inclusif du quartier de Chantenay à Nantes.

https://www.apajh44.org/fr/

Connectez-vous pour voter
363

1. Écosystèmes et coopérations territoriales

Nantes - Quartier de Chantenay

  • Stade du projet : du développement (actions déjà menées, partenariats en cours...)
  • Public : Personnes handicapées
  • Localisation : zone urbaine

Origines et histoire du projet

Armand, le père de Sarah accompagnée en IME (Institut Médico-Educatif), est administrateur de l’APAJH (Association pour Jeunes et Adultes Handicapés). Nelly est accompagnée par un SAMSAH (Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés). Erwann et Natacha sont cadres de l’APAJH. Ils sont portés par l’idée qu’une association doit construire avec les personnes l’alternative à l’accompagnement médico-social classique.

Au même moment, le département, l’ARS (Agence Régionale de Santé) et Nantes Métropole s’engagent dans une démarche commune de soutien à l’ensemble des projets d’habitat inclusif. Armand, Nelly, Erwann et Natacha se sont rapprochés pour construire leur projet. L’association dispose d’un SAVS (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale), d’un SAMSAH, d’un lieu de socialisation non-utilisé de jour et d’un partenariat avec Nantes Métropole Habitat.

L’organisation de ces moyens lui permettra de répondre aux besoins de sécurité, de vie sociale et d’accompagnement de Sarah et Nelly.

Problématique

Armand a 70 ans. Il organise la vie de Sarah après sa mort. Il sait que Sarah ne supportera pas la vie en collectivité qui est anxiogène pour elle. Après en avoir échangé, Sarah a exprimé son souhait de vivre seule. Pour autant, pour réaliser son souhait Sarah a besoin d’un accompagnement renforcé. Elle a besoin d’une présence régulière pour sécuriser son quotidien et d’un espace de vie sociale.

Progressivement le logement de Nelly 53 ans devient de plus en plus inadapté (circulation, encombrement, domotique). Si Nelly veut maintenir ses activités personnelles et sociales, l’organisation pour y parvenir devient de plus en plus complexe. Elle est lucide qu’avec l’évolution de sa maladie, ses perspectives proches se limiteront à un accueil en établissement spécialisé. Elle s’y refuse et a décidé de s’aider pour être actrice de son avenir. Elle souhaite plus que tout conserver son intimité mais elle a besoin d’un accompagnement important et d’un accès de proximité à une vie sociale.

Solutions proposées

Un projet d’habitat idéal est celui qui permet à une personne en situation de handicap de découvrir qu’elle peut vivre en autonomie et pas forcément en établissement médico-social.

C’est un projet qui donne aux personnes le pouvoir d’être maître de leur temps.
C’est un projet qui permet aux personnes de choisir librement ce qu’ils veulent protéger de leur vie intime.
Il propose aux personnes des solutions de sécurité de jour comme de nuit techniques ou humaines.
Ce projet permet aux personnes de visiter, choisir, aménager librement leur logement.
Il permet d’organiser librement et selon son humeur sa vie sociale.
C’est un projet souple qui permet de changer de logement en fonction de l’évolution de ses besoins tout en restant proche du lieu de socialisation.
Les logements bénéficient de d’équipements domotisés performants.
C’est un projet qui est ouvert sur le voisinage et qui permet des solidarités réciproques.C’est un projet qui a vocation à s’émanciper de ses porteurs initiaux, à vivre seul par des mécanismes d’autorégulations.

Les petits plus du projet

Ce projet est celui d’une association médicosociale qui se positionne comme un outil au service des personnes qui souhaitent créer un projet d’habitat inclusif.
Les personnes accèdent ainsi à tous ses interlocuteurs, politiques ou techniques, en particulier du Département, de Nantes Métropole, de l’ARS, et de Nantes Métropole Habitat.
En plus des orientations CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées), le projet bénéficiera d’un redéploiement de l’offre de l’APAJH pour autofinancer le lieu de socialisation et la présence de nuit. La coordination sociale serait financée par la réponse à l’appel à candidature en cours du Département de Loire-Atlantique.
Le projet bénéficiera d’une « recherche-action » sur le potentiel inclusif du quartier menée par le CNRS et l’Université de Nantes.

Galerie Photos

Connectez-vous pour voter

Pas encore inscrit ? Créér un compte.